NOUVEAUTÉS      Collections




Le militantisme, c'est s’engager dans une cause, proposer un idéal, lier la pratique à la théorie et, en même temps, essayer d’obtenir des résultats concrets.
 
Dans le militantisme, il y a un combat pour ou contre une cause déterminée, par rapport à un groupe social, à des institutions ou à un système. Toute l’action de l’individu et du groupe est orientée vers cette cause alors que s’impose nécessairement une réflexion sur le rapport au pouvoir.
 
Que ce soit dans les organisations syndicales ou politiques, dans les associations, dans des groupes ponctuels ou permanents, le militantisme est une véritable nécessité. Sans lui, de telles organisations n’existeraient pas. Sans lui, les dominéEs et les exploitéEs n’auraient pas pu améliorer leur sort. Sans lui, les connaissances ainsi que les réflexions théoriques et politiques n’auraient pu connaître des avancées importantes.
 
Cette collection publie des récits de militantEs ou sur des militantEs qui ont façonné ou qui façonnent en ce moment les mouvements sociaux et politiques émancipateurs et qui ont joué ou qui jouent un rôle déterminant pour changer la société et améliorer le sort de la population.
 
   


Que ce soit dans le monde arabe, en Amérique latine, en Amérique du Nord, en Europe, particulièrement là où s’imposent des politiques d’austérité draconiennes, mais aussi en Afrique et en Asie, que soit sur le plan international ou national, on assiste depuis plus d’une décennie à une résurgence des mobilisations de celles et de ceux « d’en bas ». Ces mobilisations sont plus nécessaires que jamais devant les graves problèmes qui secouent le monde : crise internationale du capitalisme, mondialisation néolibérale, dégradation de l’écosystème, accentuation des inégalités sociales, appauvrissement, guerre sans fin, renouvellement et renforcement du patriarcat et du racisme, montée de l’extrême droite, etc.

Le monde bouge rapidement et les gens sont avides de le comprendre. C’est la raison pour laquelle la collection « Mobilisations » est consacrée aux problèmes sociaux et économiques ainsi qu’aux questions d’actualité, et cela, du point de vue des dominéEs et des exploitéEs. 
 
 

Par l’action collective revendicative, les mouvements sociaux visent à transformer l’ordre social existant. Certains militent pour des réformes immé­diates ou l’arrêt de projets particuliers – par exemple, les mouvements s’opposant à l’exploitation des gaz de schiste, à l’énergie nucléaire, etc. –, d’autres pour la transformation de la société (féminisme, socialisme, écologisme, etc.). Cette transformation peut être compatible avec le système (réformisme) ou incompatible (révolutionnaire).


L’histoire est riche d’enseignements sur les mou­ve­ments sociaux, leurs luttes, leurs succès et leurs échecs. Elle est également riche sur les révolutions et les contre-révolutions qui ont secoué les sociétés et structuré notre monde. D’où cette collection dédiée aux essais sur les mou­ve­ments sociaux – syndicaux, féministes, popu­laires, écologistes, altermondialistes –, politiques et artistiques, aux révolutions et aux contre-révolutions, à leur histoire, ainsi qu’aux théories et aux analyses qu’ils ont façonnées. 


 

Depuis quelques années, les ouvrages s’inscrivant dans le sillon des théories et des explorations de Karl Marx et de Friedrich Engels connaissent un regain d’intérêt. Avec le nouvel élan des mouvements sociaux, la critique du capitalisme «réellement existant» écocidaire et patriarcal est à nouveau d’actualité. On observe la mise en place de nouveaux espaces non seulement pour comprendre le monde, mais aussi pour le changer.


Les travaux d’inspiration marxiste ont été occultés pendant des décennies, entre autres, à cause des reculs des mouvements sociaux à la suite de la victoire du capitalisme néolibéral. Toutefois, la faute en revient en partie à une certaine tradition théorique et politique, qui s’est imposée durant le XXe siècle, et qui s’est autobaptisé «marxisme-léninisme». C’était une pensée ossifiée, sclérosée, mécanique, autoritaire aussi. Les thèses de Marx et de certains de ses successeurs étaient présentées comme une série de «préceptes» et de «dogmes», qu’il fallait suivre « à la lettre » pour rester dans la «ligne du parti» nécessairement «juste».


Rétroactivement, il apparaît que ce «marxisme» n’a pas réussi à monopoliser le terrain des idées. À toutes les époques, des militantEs et des chercheurEs n’ont pas hésité, même si les conditions étaient très difficiles, à sortir des sentiers battus, à tenter de comprendre et d’agir. Ces marxismes «alternatifs», souvent oubliés, parfois mis à l’index, c’est ce que cette collection propose de redécouvrir. Pas seulement (et pas surtout) par «devoir de mémoire», pour «réhabiliter» le marxisme vivant, mais aussi (et surtout) pour contribuer à relancer la pensée critique.


Cette collection plurielle est donc vouée à la publication d’ouvrages marxistes, d’essais utilisant cette méthode d’analyse ou portant sur le marxisme.

 

Un partenariat À bâbord ! et M Éditeur


Entre le magazine À bâbord ! et M Éditeur, il existe une parenté et une convergence éditoriale. Cela se traduit par une volonté commune de construire un espace pluraliste contestataire de l’ordre dominant, de redonner espoir dans le changement social, de donner la place qui leur revient aux mouvements sociaux et de susciter le développement de la pensée critique.


Nous publions pour comprendre et pour agir. Dans un monde où les dominées et les exploitées subissent de graves assauts (politiques d’austérité, mondialisation néolibérale, renouvellement de l’oppression des femmes et du patriarcat, dégradation de l’écosystème…), notre conviction est que la publication d’informations et d’analyses critiques occupe une place indispensable, qu’il s’agisse de se former aussi bien que de s’informer, pour lutter contre les inégalités, l’oppression, l’exploitation et les violences des dominants, ou encore d’éclairer l’air du temps pour redessiner les contours et les voies d’une transformation émancipatrice de la société.